Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2009

Picasso for ever

Pablo Picasso, accompagné de sa compagne Fernande Olivier, passa l'été 1908 à la Rue les Bois, un petit village de l'Oise. Il venait juste de terminer l'année précédente son grand tableau " les demoiselles d'Avignon " qui allait devenir l'une des toiles les plus célèbres de l'histoire de l'art. C'était le début de sa période cubiste. Certainement pour s'aérer l'esprit sans quitter de trop loin Paris il fit donc halte à la Rue les bois. Il y entrepris le portrait tout en volumes géométriques de la fermière qui l'hébergeât. De génération en génération cette famille se rappela ce drôle de peintre ( au moment de son séjour Picasso n'était absolument pas connu ). Aujourd'hui le descendant direct de la fermière en question a quitté le village. Il est âgé de 65 ans et habite un peu plus loin à Fleurines. Je sais tout cela car le hasard veut que je sois passé régulièrement dans la ferme même où Picasso séjourna. Elle fut en effet louée quelque temps par un ami à moi, Maxime. Aujourd'hui Max a fait construire sa propre maison sur le terrain voisin. J'ai donc l'occasion d'y aller tous les ans et nous nous amusons à parcourir les bois avoisinant en pensant à Pablo Picasso par la même occasion. Le monde est petit !... D'autres parentes de la famille de cette fermière habitent encore dans le village et pour rire dimanche dernier en y déjeunant j'ai dit à Maxime qu'il serait amusant, qu'à mon tour, je fasse leurs portraits aujourd'hui 100 ans plus tard. Même mes jours de détente le grand maître me poursuit !...

laruelesbois100ans.jpg

Commentaires

Voici une découverte pour moi et le hasard n'existant pas, tu dois faire ces portraits, je pense en voyant tes toiles, que Pablo ne te poursuit pas mais qu'il "t'habite" en te laissant "toi"

Écrit par : solange | 20/01/2009

simpa ce blog, vos articles et reportages sont trés interressant
encore merci
Patrick

Écrit par : paris | 01/03/2009

Les commentaires sont fermés.